Programmation • Les photographes • Graciela Iturbide

Les photographes

Graciela Iturbide

Suite indienne

Graciela Iturbide est l’une des grandes figures de la photographie mexicaine et de la scène internationale. À ses débuts et jusqu’en 1978, elle est obsédée par la mort (sans doute à cause du décès de sa fille). En 1979, invitée à séjourner au Juchitan, une région du Mexique, elle plonge dans la réalité des communautés indiennes; elle en tirera des photos devenues célèbres. Avec elle, le voyage n’est ni tourisme ni anthropologie: elle se comporte comme les autochtones à ceci près qu’elle est équipée d’un moyen format 6 x 6 argentique et d’un Leica. Dans les années 1990 et 2000, elle voyage beaucoup, aux États-
Unis, en Italie, à Madagascar et en Inde où elle reviendra cinq fois
afin d’y réaliser un livre. Dans ce pays sa photographie se transforme, devient géométrique, presque abstraite. Les êtres humains y sont de plus en plus absents, ou présents par des «fragments corporels» et quelques portraits. À Bénarès, ville des bûchers et des incinérations, elle se détourne de ses obsessions macabres antérieures pour n’en photographier que l’ombre portée, à travers la figure des oiseaux...

Née à Mexico City en 1942, Graciela Iturbide est l’une des photographes les plus renommées d’Amérique du Sud. En 1969, elle intègre le Centre universitaire des études cinématographiques de la Universidad Autonoma de Mexico où elle suit l’enseignement de Manuel Alvarez Bravo qui, plus tard, lui proposera de devenir son assistante. En 1979 elle démarre un travail sur les indiens Zapotecas de Juchitan pour lequel elle recevra le prestigieux Prix Eugene Smith en 1987. Elle a été artiste- résidente aux Beaux-Arts de Paris en 1995, à la Fondation Kleberg au Texas en 2001, au Atlantic Center for the Arts, en Floride en 2002 et au CAP de Kobe au Japon en 2014.

Graciela Iturbide a exposé un peu partout dans le monde: au centre Georges Pompidou en 1982, au musée de la photographie de Hokkaido au Japon en 1990, au Philadelphia Museum of Art en 1998, à la Fundación MAPFRE de Madrid en 2009... Parmi les nombreux prix qu’elle a reçus, citons la bourse Guggenheim et le Grand Prix du Mois de la Photographie à Paris. Le Prix de la ville d’Arles, le Grand Prix d’Hokkaido. En 2008 elle est la lauréate du Prix Hasselblad, en 2010 elle reçoit le Prix Lucy Award et le Prix PHotoEspaña et, en 2015,
le Prix Infinity, octroyé par l’ICP de New York, au titre de sa carrière photographique. Son travail fait l’objet de nombreuses publications et beaux livres. En 2011, la célèbre collection Photo Poche lui consacre un de ses volumes et en 2019, elle intègre la collection «Des Oiseaux» de l’éditeur Xavier Barral.

http://www.gracielaiturbide.org/en


Lieux d'exposition :



Designed by Tom Ségur ● Developped by Sébastien Verspecht