Programmation • Les photographes • Ronan Guillou

Les photographes

Ronan Guillou

Paradis

Au cours de son étude photographique des États-Unis, initiée au début des années 2000, Ronan Guillou part en 2016 à Hawaï, cinquantième étoile du drapeau américain et unique État de l’Union séparé du continent. Située au milieu de l’océan Pacifique Nord, Hawaï est considérée comme le paradis sur terre, et pas seulement par les surfeurs. «Welcome to Paradise» est la formule qui accueille les visiteurs à leur arrivée à l’aéroport d’Honolulu, capitale de l’archipel volcanique constitué de cent trente-sept îles. Dès son premier séjour, le photographe découvre que les repères de l’Amérique continentale et ses références iconiques sont bouleversées. Il note aussi le brassage ethnique et culturel de la population, héritage des vagues migratoires successives venant d’abord d’Asie, puis d’Occident. Les photographies de Ronan Guillou cherchent à traduire l’«Aloha spirit»: philosophie fondatrice des îles qui exprime bienveillance et compassion, célèbre la vie et la famille, l’amour et l’amitié. «Les Hawaïens sont chaleureux, généreux, spirituels et pacifiques. Ils sont aussi conscients de la beauté de leurs îles, soucieux de les préserver alors qu’elles sont confrontées à d’importants enjeux, notamment écologiques et culturels.» Du travail du photographe, Héloïse Conésa (conservatrice à la Bibliothèque nationale de France) écrit: «Possédant l’admirable capacité à vriller les surfaces de la normalité pour chercher dans le déjà-vu la part de mystère qui demeure, le photographe nous projette dans une forme de réalisme merveilleux où le mythe baroque du paradis tropical le dispute au goût des images fulgurantes et inattendues. »

Ronan Guillou, né en 1968, vit et travaille en France et aux États-Unis. Captivé par l’impact socioculturel, environnemental et politique des États-Unis sur le monde, aimanté par la glorieuse iconographie du pays, Ronan Guillou a fait de ce territoire le cœur de ses recherches. Auteur des livres Angel et Country Limit, ses récents travaux explorent les États de l’Alaska et d’Hawaï, peu représentés dans la tradition documentaire américaine. Il poursuit également un travail sur la ville de Paris inspiré de la théorie de la dérive élaborée par Guy Debord. Plus récemment il a engagé un projet en Guyane française, le long du fleuve Maroni, toujours en photographie argentique et en moyen format Hasselblad. Les photographies de Ronan Guillou font l’objet d’expositions dans des festivals (Images Singulières à Sète, festival Portraits à Vichy...), dans des galeries et foires (Paris Photo, Unseen...), et font partie des collections de la Fondation Neuflize et de la Bibliothèque nationale de France.

http://www.ronanguillou.com/language/fr/


Lieux d'exposition :



Designed by Tom Ségur ● Developped by Sébastien Verspecht